Communiqué de presse du 5 octobre 2015

Quelques mois après la fusion des deux groupes Lafarge et Holcim, donnant naissance au 1er groupe mondial du secteur, les salariés de la nouvelle entité et les organisations syndicales se mobilisent de nouveau le 7 octobre prochain dans le cadre de la journée mondiale sur le travail décent.

Les deux Comités d’Entreprise Européens avaient donné un avis défavorable en raison des risques sur l’emploi suite à la fusion et en raison de l’insuffisance de garanties sociales apportées par les deux groupes. Malheureusement, les mois qui suivent cette fusion ne viennent pas démentir les craintes sur l’emploi.


De surcroit, ce sont aujourd’hui des problèmes de santé-sécurité qui inquiètent les représentants des organisations syndicales car, depuis la fusion, le nouveau groupe connaît une augmentation significative du nombre de décès par accidents du travail au niveau mondial. Et ce sont surtout les sous-traitants qui paient le plus lourd tribut. Ce n’est pas un hasard car les responsabilités en matière de santé sécurité sont diluées dès lors qu’il y a recours à la sous-traitance. Car sous-traitance est toujours synonyme de précarité, de conditions de travail et d’emploi dégradées.

C’est pourquoi les 110 000 salariés du groupe LAFARGEHOLCIM dans le monde entier ont décidé de se mobiliser lors de la journée mondiale sur le travail décent pour rappeler que la fusion ne doit pas se faire au détriment des travailleurs, appeler le groupe à prendre des mesures en faveur de la santé et de la sécurité de tous les travailleurs, qu’ils appartiennent au groupe ou à la sous-traitance, et lutter contre le travail précaire.
Dans les entreprises, dans les sites de production, des actions seront menées pour informer les salariés et diffuser les tracts réalisés par les fédérations syndicales mondiales pour appeler au travail décent.

pdfCommuniqué du 5 octobre 2015 : Le 7 octobre, les salariés du groupe LAFARGEHOLCIM se mobilisent pour la journée mondiale sur le travail décent