Navigation



Communiqué FNCB-CFDT du 14 mars 2022

La FNCB-CFDT revendique un vrai projet de société pour tous les salarié.es et les retraité.es qu’elle représente dans la construction, le BTP, les industries et le négoce des matériaux de construction, les industries et le négoce du bois et de l’ameublement, ainsi que pour les filières de services aux entreprises, architecture, géomètres et secteur logement.
Ce projet de société doit conforter le système par répartition, le rendre plus juste, le rendre pérenne sur le plan du financement.

pdfCommuniqué FNCB - Retraites : le projet de société doit conforter le système par répartition plus juste

Certain.es candidat.es à l’élection présidentielle ont annoncé vouloir repousser l’Age de départ à la retraite à 65 ans. Aujourd’hui déjà, les personnes ayant commencé leur carrière professionnelle à 22 ans doivent continuer jusqu’à 65 ans pour avoir une retraite à taux plein, puisqu’il faut 43 ans de cotisations (172 trimestres).

La FNCB-CFDT revendique un vrai projet de société pour tous les salarié.es et les retraité.es qu’elle représente dans la construction, le BTP, les industries et le négoce des matériaux de construction, les industries et le négoce du bois et de l’ameublement, ainsi que pour les filières de services aux entreprises, architecture, géomètres et secteur logement.
Ce projet de société doit conforter le système par répartition, le rendre plus juste, le rendre pérenne sur le plan du financement.

Repousser l’âge de départ à 65 ans revient donc à pénaliser toutes celles et ceux qui ont commencé plus tôt, en apprentissage ou directement en emploi. C’est tout simplement les pénaliser de n’avoir pas pu faire d’études. C’est pénaliser aussi celles et ceux qui ont les métiers les moins payés, ce qui va souvent de pair avec des conditions de travail difficiles, des horaires décalés, du port de charge, des conditions physiques ou thermiques compliquées.

Repousser l’âge de la retraite à 65 ans, ce n’est pas un programme, c’est une mesure budgétaire.

La FNCB-CFDT revendique que l’usure au travail et la pénibilité soit réparée et notamment en permettant un départ anticipé.

Isoler le paramètre de l’âge, sans parler de la durée de cotisation, sans parler du taux de cotisation ou encore du montant de la pension se résume à agiter un chiffon rouge.

A un moment où la lutte contre le réchauffement climatique réclame un grand plan de rénovation thermique des bâtiments et des investissements dans les infrastructures de transports collectifs, à un moment ou les entreprises peinent à recruter des jeunes, faire travailler plus longtemps se traduira par un transfert de prise en charge vers l’assurance chômage ou les compagnies assurant les risques invalidité et incapacité des travailleurs usés ou handicapés par le travail.

La FNCB CFDT combattra donc par tous les moyens une telle mesure.