Navigation



Communiqué de presse de la FNCB-CFDT du 25 mars 2021

La loi “sur la liberté de choisir son avenir professionnel” de septembre 2018, le bing bang de Muriel Pénicaud, a modifié en profondeur le paysage de la formation par l’apprentissage dans le BTP. Cette loi a pour conséquence la fin annoncée du mode de fonctionnement des CFA paritaires du BTP qui a fait ses preuves en respectant une équité territoriale pour les apprentis, leurs familles et les entreprises.

pdfCommuniqué FNCB-CFDT: Quel avenir pour l’apprentissage dans le BTP ?


Créé en 1942, pour promouvoir, développer et coordonner l’apprentissage dans le BTP, le CCCA, Comité de Concertation et de Coordination de l’Apprentissage, a façonné quelques 80 ans d’histoire orientés vers l’innovation pédagogique et la création d’un véritable Réseau de CFA. Ce Réseau a su évoluer pour s'adapter aux besoins en formation de la branche du BTP.


Depuis le 1er janvier 2020, les associations gestionnaires régionales des CFA paritaires du BTP sont devenues, sur leur périmètre, des organismes de formation autonomes dans la gestion de la formation professionnelle dont l’apprentissage.

Ce nouvel environnement concurrentiel et commercial risque de conduire à la disparition de dispositions nationales qui garantissent :

  • Aux quelques 45000 apprentis du Réseau et leurs familles, une ambition éducative et sociale, une couverture territoriale de proximité, un accueil des jeunes sans sélection scolaire ou géographique.
  • Aux entreprises du BTP, une formation en proximité de valeur nationale, en cohérence avec leurs attentes et le développement des métiers.
  • Aux quelques 3200 salariés des CFA, un statut national qui cadre et unifie les conditions de travail et garantit une pédagogie de qualité pour les apprentis.

La FNCB CFDT demande une reprise du dialogue social au niveau national afin de préserver les conditions de formation par l’apprentissage dans le BTP sur l’ensemble du territoire français et de permettre une mutualisation des moyens en fonction des besoins des associations régionales paritaires.

C’est le seul moyen de pérenniser des petites structures qui assurent la proximité sur l’ensemble du territoire et permettent ainsi aux apprentis de se former au plus près du lieu d’exercice de leur métier. C’est aussi la garantie d’éviter la casse sociale pour les 3200 salariés des CFA paritaires du BTP.

Conscients du danger pour leur avenir et la formation par l’apprentissage, plus des deux tiers des salariés des CFA paritaires du BTP, se sont fortement mobilisés par le biais d’une pétition portée par les 5 organisations syndicales représentatives.
Pour donner suite à la mobilisation des salariés, la FNCB CFDT a transmis les résultats de cette pétition aux responsables politiques ainsi qu’aux organisations professionnelles du BTP et aux organismes paritaires de la profession.

La FNCB CFDT demande que chacun prenne conscience des conséquences à court terme

  • pour l’avenir des apprentis du BTP,
  • pour l’avenir d’une formation professionnelle territoriale de qualité,
  • pour l’avenir de la formation des salariés de la Branche,
  • pour l’avenir des CFA du réseau paritaire et de leurs salariés.