Navigation



Communiqué de la FNCB-CFDT

 C’est après 18 mois de négociations constructives et loyales au sein des 2 CPPNI dont les extensions sont toujours attendues, que la FNCB-CFDT a signé les 2 nouvelles Conventions Collectives Nationales du bâtiment inter-catégorielles (une pour les entreprises jusqu’à 10 salariés et une autre pour les entreprises de plus de 10 salariés).

La FNCB-CFDT se félicite des avancées obtenues pour tous les salariés.

pdfLa FNCB CFDT signe les 2 nouvelles conventions collectives inter-catégorielles du bâtiment


Ces nouvelles Conventions Collectives Nationales viendront remplacer après leur extension par la Direction Générale du Travail, celles des ouvriers du 8 octobre 1990, des ETAM du 12 juillet 2006 et celle des cadres du 1er juin 2004.
Après une occasion ratée en 2019, la FNCB -CFDT avait à cœur de retourner en négociation pour faire valoir ses revendications et faire avancer ainsi, les conditions sociales de tous les salariés du bâtiment, que ce soit pour les Très Petites Entreprises comme pour les plus grosses.
Cette négociation qui s’est faite pourtant dans un cadre légal, a malheureusement été l’occasion pour plusieurs Organisations Syndicales de salariés de ne pas venir autour de la table pendant ces 18 mois. Même si cela est une situation inédite, notre objectif et notre volonté était l’aboutissement de créer 2 CCN pour les salariés. Grâce à cela nous avons donc remis aux normes législatives les différents textes, de la modernité dans certaines CCN qui dataient de plus de 30 ans et des garanties supplémentaires.

Les principales avancées des nouvelles Conventions Collectives
 Le paiement du travail de nuit à 100%,
 Fin du travail de nuit habituel,
 La suppression des jours de carence pour les seuls salariés qui comptent un an d’ancienneté dans l’entreprise et uniquement pour le 1er arrêt maladie sur 12 mois glissants,
 L’augmentation de certains jours pour événements familiaux,
 La possibilité pour les Ouvriers de pouvoir prendre leurs jours d’ancienneté à leur demande au lieu qu’ils ne soient payés,
 Une meilleure définition du travail effectif concernant le trajet du domicile au chantier,
 La fin du calcul des indemnités de petits déplacements à vol d’oiseaux. Le calcul sera fait maintenant sur un site internet reconnu,
 En cas d’embauche d’un salarié intérimaire en CDI, sa période faite vient en déduction de la période d’essai,
 Une évolution professionnelle à partir de 6 mois continus si le salarié fait une tâche de niveau supérieur,
 Une indemnisation du temps passé en voyage périodique à 5h au lieu de 9h pour les Grands Déplacements,
 Revoyure des partenaires sociaux dans 3 ans après l’extension.
Points différenciés uniquement pour la CCN jusqu’à 10 salariés
 Un article sur les élections TPE,
 Un renouvellement de la période d’essai qui n’est pas systématique,
 L’application des autorisations d’absence pour évènements familiaux, 1 an après l’extension de cette CCN,
 Préavis en cas de démission,
 Le temps partiel dérogatoire pour les ETAM administratif A, B, C et D.

 

Ce choix délibéré de remplacer des conventions collectives catégorielles par des conventions différenciées en fonction de la taille de l’entreprise marque notre volonté de reconnaitre la spécificité des Très Petites Entreprises du bâtiment. Dans ces entreprises, la division du travail n’est pas la même que dans les grandes, avec une plus grande autonomie et polyvalence de chaque salarié, qu’il soit ouvrier, Etam ou cadre.
Les salarié.es du Bâtiment ont besoin de reconnaissance (comme beaucoup) et reconnaitre la spécificité des Très Petites Entreprises avec une convention dédiée est le début de cette reconnaissance.
C’est aussi un moyen de rassembler sur un même texte toutes les forces vives d’une entreprise, là où les anciennes conventions enfermaient Ouvriers, Etam ou Cadres dans des textes séparés.

C’est donc dans l’intérêt général et de compromis faits entre tous autour de cette table, que la CFDT a signé ces 2 nouvelles CCN pour tous les salariés du bâtiment.