Navigation



Pour la première fois depuis plus de huit ans après le début de la crise des subprimes, la croissance semble redémarrer … 
Le secteur de la construction qui est un pilier important de l’économie française, voit depuis début 2017 une nette amélioration de son activité économique et ce principalement dans le secteur du bâtiment. 
Ce contexte de reprise économique, tant attendu, constitue une des conditions essentielles dans notre modèle économique pour créer de l’emploi et faire reculer le chômage.

Mais cette rentrée estivale est dominée par la réforme du code du travail et la rédaction des ordonnances. Une réforme du code du travail voulue et annoncée dans sa campagne par le Président de la République pour relancer l’emploi et renforcer le dialogue social.
Pour ce qui est des effets d’une telle réforme sur l’emploi, nous savons déjà qu’il n’y a pas de corrélation entre les deux. La CFDT l’a d’ores et déjà rappelé à maintes reprises. Pour ce qui est du renforcement du dialogue social, la CFDT se doit d’être attentive et soucieuse à regarder comment renforcer le dialogue social notamment dans les entreprises de moins de 300 salariés.
Aujourd’hui, le contenu des ordonnances est connu et l’équilibre entre plus de flexibilité et plus de sécurité n’est pas garanti. Pour ma part, j’espère que la vision du président Macron du renforcement du dialogue social coïncide avec celle de la CFDT.

En France, le syndicalisme souffre des procès à répétition de manque de légitimité. Sa place dans les entreprises mais aussi en tant que corps intermédiaire dans la société civile est encore trop souvent remise en cause. La présence du syndicalisme dans de nombreuses entreprises provoque des allergies à de nombreux employeurs car il est considéré comme engendrant de la conflictualité. Combien de fois peut-on encore entendre des employeurs dire, « il n’y a pas besoin de syndicats dans mon entreprise, moi je suis proche de mes salariés et on se parle… ». Or, il suffit de constater que la majorité des procédures au Conseil de Prud’hommes concernent des salariés et des entreprises sans présence syndicale. La raison est donc probablement ailleurs et au-delà de la simple question de la présence du syndicalisme dans les entreprises…

La liberté syndicale est indispensable dans une société démocratique. Elle permet à tout individu de défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale et d’adhérer au syndicat de son choix hors de tout contrôle de l’employeur. Cette liberté, de nombreux militants syndicaux la paye au prix de leur vie dans de nombreuses régions du monde.

Aujourd’hui, une partie des mesures annoncées dans la réforme du code du travail ne conviennent pas à la CFDT. Notre terrain d’action dans les années à venir sera les entreprises pour répondre à cette question récurrente posée par de nombreux salariés : à quoi ça sert d’être adhérent et qu’est-ce que cela m’apporte de plus par rapport aux autres salariés ? Notre légitimité doit reposer sur le nombre de nos adhérents. Il faut convaincre les salariés d’aujourd’hui de l’intérêt d’être « syndiqué », nous devons redonner du sens au syndicalisme d’adhérents !

Rui Portal, Secrétaire Général de la FNCB-CFDT

L’annonce du Premier Ministre sur la modification du compte personnel de prévention de la pénibilité, sur le point de devenir le « compte de prévention », est proprement scandaleuse. Sous le prétexte de répondre à une pseudo-complexité du compte pénibilité, le Premier Ministre, en cédant aux jérémiades des employeurs, va sacrifier des centaines de milliers de salariés usés prématurément par leurs conditions de travail.

Le Bureau national de la CFDT, réuni les 21 et 22 juin 2017, a débattu de la situation sociale du pays au lendemain d'une longue phase électorale qui a bouleversé en profondeur le paysage politique. Entre espoir d'une nouvelle période de progrès économique et social qui passerait par un renforcement de la construction européenne, et craintes, doutes, incompréhension, voire colère d'une partie de la population qui se sent délaissée et incomprise, les électeurs ont au final exprimé une forte volonté de changement, de renouvellement des femmes et des hommes, ainsi que des pratiques des organisations politiques et des élus.

Monsieur le Président de la République,

Vous venez d’être élu par plus de vingt millions de Français qui ont choisi de vous apporter leur voix. Votre élection représente la victoire de la République sur la haine.
Fidèle à ses valeurs, la CFDT a pris toute sa part dans le combat pour faire barrage à l’extrême-droite. Il y a des moments dans l’histoire qui ne supportent pas l’ambiguïté : notre appel à voter pour vous au second tour a été clair.
Les conditions particulières de votre élection vous obligent certes à tenir compte de ceux qui vous ont soutenu, mais aussi de ceux qui ont voté pour vous, non par adhésion à votre programme, mais par rejet du Front National.

SOS Racisme, soutenu par l’Union des Etudiants Juifs de France (UEJF), l’Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) , le Mouvement Ni Putes Ni Soumises, la Fédération des Associations Générales Etudiantes (FAGE) et la CFDT appellent à un rassemblement républicain ce lundi 24 avril à 18 heures Place de la République à Paris.

En étant représentative dans toutes les branches de la construction et du bois, la FNCB-CFDT confirme être un acteur incontournable dans les négociations nationales.

Dans le secteur du bâtiment, la CFDT passe de 3ème à 2ème organisation syndicale grâce à une nette progression de 1,70% devant FO qui perd 2,59% en 4 ans. Dans les travaux publics, la CFDT progresse aussi de 0,59% mais reste 3ème dans la branche.

La CFDT est 1ère organisation avec des progressions souvent significatives dans les entreprises d’architecture (+9,44%), le négoce de matériaux (+4,24%), les métreurs vérificateurs (+11,65%), les coopératives HLM (+28,93%), les menuiseries charpentes (+5.63%), les tuiles et briques, le pin maritime en forêt de Gascogne, la fabrication de l’ameublement, l’industrie du camping, la céramique d’art, les panneaux à base de bois, le négoce de bois, les SA HLM.

La CFDT est ainsi 1ère dans 13 secteurs sur 28 des champs professionnels de la construction et du bois, 13 branches dans lesquelles elle peut signer seule en atteignant les 30% de représentativité dont 5 où elle est au-dessus des 50%.

Les résultats publiés ce 31 mars montrent la reconnaissance par les salariés du travail des équipes CFDT.

Depuis maintenant quelques mois, syndicats et employeurs du BTP négocient sur les régimes de prévoyance conventionnelle dans les branches du BTP. Cette négociation fait suite aux évolutions législatives mais aussi au déficit du régime ETAM. Cette négociation qui risque de nous emmener jusqu’en septembre est un sujet important pour la CFDT. 

Les résultats des élections dans les Très Petites Entreprises viennent de tomber. Malheureusement et comme nous pouvions nous y attendre, le premier chiffre à relever est le très faible taux de participation, 7.35%. En obtenant 15,49% des voix, la CFDT reste la 2ème organisation syndicale dans les TPE. Même si l’écart avec la CGT se réduit, nous ne pouvons se satisfaire de cela. La CFDT Construction tient tout de même à remercier les salariés des très petites entreprises qui ont voté pour elle.

Les élections pour élire les représentants des salariés des très petites entreprises sont reportées du 30 décembre 2016 au 13 janvier 2017 (et jusqu’au 20 janvier pour les départements d’Outre-mer). Cette décision fait suite à un recours judiciaire de la CGT. La CFDT regrette cette décision et craint que ce report provoque une faible participation.

Plus rien n’empêche la mise en œuvre du compte personnel de prévention de la pénibilité sauf peut-être le dogmatisme rétrograde de certains !

Dans les 28 branches de la construction bois, les salariés connaissent bien le sens du mot pénibilité !

Pour les 350 salariés qui perdent leur vie chaque année du fait de mauvaises conditions de travail, pour les salariés seniors qui se retrouvent inaptes du fait de l’usure au travail, la CFDT revendique depuis 2003 une prise en compte de la pénibilité. En 2014, la CFDT s’est félicitée de la création du Compte Personnel de Prévention à la Pénibilité (C3P).