Navigation



Monsieur le Président de la République,


Nous, femmes et hommes de la construction, de la filière matériaux de construction, de la filière équipements thermiques, de la filière logement social privé et de la filière industrielle du Bois, refusons le recul de l’âge de départ à la Retraite à 65 ans.

Partir à la Retraite à 65 ans, c’est non ! C’est non pour tout le monde.

Dans nos métiers, nous avons pour une partie importante d’entre nous, souvent commencé notre carrière avant 20 ans, parfois en apprentissage dès 16 ans. Reculer l’âge de la retraite ce serait un recul social et une injustice pour toutes celles et ceux qui peuvent partir avant 62 ans avec une carrière complète. La loi Touraine de 2014 rallonge déjà la durée de cotisation à 43 ans pour la génération 1973, restons-en-là !

Nous subissons aussi du port de charge (matériaux de construction, sacs de ciment ou colle, carrelage, chevrons, poutres), des postures pénibles (à genoux, les bras levés au-dessus des épaules, du piétinement), du bruit, du froid, de la chaleur, des vibrations (marteau-piqueur, chariot élévateur), nous avons parfois aussi respiré ou avalé des vapeurs toxiques (enrobé, colle, adjuvants, poudres) ou encore travaillé en horaires décalés, de nuit, ou en cycles alternatifs (3x8, 5x8).

Nous aimons notre métier, mais malgré les efforts de prévention des conditions de travail dans nos secteurs, nous restons exposés à un ou plusieurs des 10 facteurs de pénibilité. Notre métier réduit notre espérance de vie, il nous casse, il nous maltraite, le dos, les bras, les jambes, les articulations ou les vertèbres, les poumons ou la peau.
Nous aimons notre métier, mais voulons aussi vivre notre retraite en bonne santé.
Nous voulons aussi que les jeunes puissent venir nous remplacer dans les meilleures conditions.

Monsieur le Président, la retraite à 65 ans, ce n’est pas un projet, c’est une injustice, c’est non.
Rendez-nous les quatre critères de pénibilité supprimés du compte en 2017 !
Nous voulons la Retraite après 43 ans de cotisation (pour ceux nés en 1973) et une Réduction de cette durée pour celles et ceux qui subissent de la Pénibilité.

 

Les 10 et 24 avril 2022, les citoyen.nes francais.es sont appelés aux urnes pour élire le futur Président de la République.
La CFDT, forte de la légitimité de sa position de première organisation syndicale souhaite participer à la campagne électorale, à sa manière.

La lutte contre le dérèglement climatique se jouera aussi dans les entreprises. La nouvelle loi climat et résilience, promulguée en août de cette année, ajoute désormais l’environnement comme sujet sur lequel les entreprises (d’au moins 50 salariés) devront informer et consulter les représentants du personnel. Particulièrement sur les conséquences environnementales de leurs décisions concernant leur modèle de production et de travail. Sur le papier, c’est bien entendu un nouveau signal fort envoyé par le législateur pour impliquer toute la société civile dans ce combat essentiel pour notre avenir.

Le verdict est tombé, pour les branches couvertes par les syndicats et la fédération construction et bois, la première place est aussi maintenant d’actualité. Les salarié.es qui ont voté aux élections professionnelles CSE et TPE ont préféré aussi la CFDT et là c’est une première, nous étions 3° en 2013, puis 2° en 2017.

Ce résultat est le fruit de l’engagement de tous les militants et militantes qui portent la CFDT construction et bois au quotidien.

Nous venons de vivre notre 31° congrès, qui a conforté notre organisation, vous avez témoigné votre confiance très majoritairement à la nouvelle commission exécutive et vous avez donné à l’organisation des statuts et une résolution générale qui serviront de support à notre action pour les six années à venir.

Développement, organisation, formation syndicale et professionnelle, partage de la valeur ajoutée et revendications sur la qualité de vie et la santé au travail, politique internationale, autant de sujets sur lesquels nous devrons comprendre, débattre et agir pour être utile aux travailleurs.


Merci pour votre confiance.

Dès le premier confinement, la CFDT a été la seule organisation syndicale à négocier les mesures de protection pour tous les salariés de la construction, notamment dans les petites entreprises. La CFDT est là pour la défense des droits de tous les salariés, dans les grandes comme dans les petites entreprises.

Du 22 mars au 6 avril 2021, salarié.es des TPE, votez pour vos représentants, votez CFDT! www.cfdt.fr/elections-tpe

La situation sanitaire ne doit pas nous empêcher de faire vivre notre démocratie interne.
Aussi, la FNCB-CFDT tiendra son 31ème Congrès du 22 au 25 juin 2021 à Toulouse. Le Congrès se déroulera avec une organisation adaptée compte tenu des règles sanitaires qui seront très probablement et malheureusement encore d’actualité.

Pendant le Congrès, les syndicats devront se prononcer sur l’activité du Conseil Fédéral dans le cadre de cette mandature qui s’achève et définir les orientations pour les années à venir. Le Conseil Fédéral a assumé pleinement ses responsabilités dans la mise en œuvre du plan de travail fixé par les syndicats lors du congrès de Cherbourg. Il appartiendra aux syndicats de dire si les orientations votées à Cherbourg en juin 2017 ont été mises en œuvre et si la FNCB-CFDT a fait face aux défis qui se sont présentés.

Le rapport d’activité traduit la richesse de l’activité de la FNCB tout au long des 4 années de la mandature. Les projets de résolution et de réforme statutaire ont été travaillés et validés par le Conseil Fédéral. L’ensemble des textes seront à disposition des syndicats construction et bois pour leur permettre d’effectuer leur amendements et avis dans le cadre du processus de préparation du congrès.
C’est de tout cela que les syndicats Construction et Bois auront à débattre et à apprécier à Toulouse pour fixer la prochaine étape de renforcement, d’adaptation et de progression de la CFDT Construction et Bois.

Nul ne connaît l’issue de la crise que nous vivons et nous ne maîtrisons pas le cours des choses. Seule certitude : de profondes incertitudes persistent sur le plan économique et social dans nos secteurs.
En ce début d’année, la priorité de la fédération sera de continuer à accompagner les syndicats construction et bois et les militant.e.s pour les aider à faire face aux conséquences de la crise sanitaire.

La FNCB-CFDT vous présente ses meilleurs voeux pour l'année 2021.

La crise sanitaire nous contraint à nouveau à un re-confinement pour permettre à notre système de santé de faire face et ainsi sauver des vies. Il est de notre responsabilité de les respecter et de les faire respecter.

C’est pourquoi la Confédération CFDT a décidé de mettre en télétravail l’ensemble de son personnel et pas conséquent la fermeture de ses locaux parisiens à l’exception du mardi. Ainsi le standard sera ouvert chaque mardi avec la présence d’une équipe réduite. Pour les autres jours, une partie du personnel fédéral sera en télétravail. Nous avons d’ores et déjà été contraints de reporter l’ensemble des formations syndicales prévues jusqu’à la fin de l’année.

Ce nouveau confinement acte le principe de la poursuite de l’activité dans la plus grande partie des secteurs couverts par la Fédération.
Lors du précédent confinement, la fédération a pesé dans l’élaboration des guides de préconisation dans la plupart de nos branches. Elle va continuer à peser pour renforcer les mesures de protections des salarié.e.s qui ont été allégées suite à l’évolution du protocole sanitaire national avant la période estivale.

Dans la période toute la CFDT construction et bois dois rester mobilisée pour accompagner les militant.es et les salarié.es des secteurs de la construction et du bois.

 

Rarement la situation économique et sociale aura été aussi incertaine. D’un côté on nous dit, il faut rassurer les Français. Il faut qu’ils consomment. De l’autre, la situation sanitaire se dégrade à nouveau. On ferme les bars, les restaurants. On parle même de reconfiner… Impossible ou presque dans ces conditions de pouvoir se projeter dans le moyen terme.

Au niveau interprofessionnel, la crise frappe certains secteurs en plein cœur : l’aérien, l’automobile, le textile, le tourisme, … Ce sont principalement dans ces branches qu’on trouve les licenciements économiques (près de 400 PSE déclenchés depuis mars), les APC (accord de performance collective) et maintenant les APLD (activité partielle de longue durée), …

Dans les branches de la construction et du bois, pour l’instant, on a échappé au pire. On craignait jusqu’à 200.000 suppressions d’emploi dans le bâtiment. Mais pour le moment on est même en légère progression au niveau des embauches par rapport à 2019. Nos secteurs devraient même largement bénéficier du plan de relance de 100 milliards annoncé d’ici 2022. Près de 7 milliards d’Euros sont en effet prévus pour la rénovation thermique des bâtiments dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Un chantier colossal qui concerne potentiellement près de 5 millions de logements d’ici 2022. Cela nécessitera des efforts considérables de formation pour les salariés et de transformation pour les entreprises aussi bien sur les méthodes de construction que sur les matériaux utilisés.
On attend aussi la confirmation de bonnes nouvelles sur le chantier vital de l’apprentissage. Malgré les craintes, le nombre d’apprentis enregistrés à la rentrée 2020 devrait rester dans la lignée des chiffres historiques enregistrés l’an dernier.

Dans les entreprises, les élu(e)s vont encore être en première ligne pendant les prochains mois. Il faudra assurer les négociations obligatoires repoussées pendant plusieurs mois, poursuivre la surveillance de la situation sanitaire et éventuellement négocier les dispositifs provisoires en cas d’activité réduite, …
Face à cette situation et aux mutations profondes qui s’annoncent dans le monde du travail, nous avons été amenés à refuser plusieurs accords de branche qui selon nous ne prenaient pas assez en compte l’urgence de la situation et la sécurisation des parcours professionnels des salariés.
L’employabilité sera au cœur des enjeux syndicaux les prochaines années et nous continuerons à revendiquer dans les branches une vraie prise de conscience des entreprises quant à leurs responsabilités sociales sur ces sujets.

La FNCB-CFDT s’est mobilisée dès le premier jour pour accompagner et outiller les élus CFDT pour faire face à la crise sanitaire du Covid 19. Aujourd’hui, elle se prépare à affronter les répercussions économiques.

Dans l’objectif d’informer un maximum de personnes sur la gestion de cette crise dans les entreprises, le secrétariat national a décidé de mettre exceptionnellement à disposition de tous, sur son site internet, le bimestriel Vie Fédérale daté de mai-juin, consacré au COVID-19. Retrouvez-le ici: https://www.cfdt-construction-bois.fr/actu-covid-19/actus-fncb/1168-vie-federale-special-covid-19.html

Vous y trouverez un dossier spécial pour vous préparer à faire face aux mesures que les entreprises risquent de prendre :
• Comprendre les mesures d’urgence
• faire face à une réduction ou suppression d’activité
• faire face à un surcroît d’activité
• …etc.


Vous trouverez les fiches techniques correspondantes dans la rubrique Vos Droits: la rupture conventionnelle collective, l'accord de performance collective

Pour vous abonner à Vie Fédérale, contactez votre syndicat construction bois local.