Navigation



©FFB

Réalisé entre novembre 2017 et janvier 2018 par le cabinet Geste pour la Fédération Française de la Brosserie (FFB) et Opcalia, le « Portrait statistique des entreprises du secteur de la Brosserie » dresse le bilan des 43 entreprises et 66 établissements employant 1700 salariés dans les 5 grands domaines d’activités suivants : La brosserie de toilette, la brosserie de ménage, la brosserie à peindre, la pinceauterie fine et la brosserie industrielle.

La CFDT Construction et Bois a préparé une déclaration qui sera lue dans toutes les réunions des Instances représentatives du personnel LafargeHolcim organisées entre le 23 avril et le 8 mai, date de l’Assemblée générale des actionnaires.

Le 28 avril est la journée mondiale de la santé sécurité au travail. A cette occasion, les fédérations syndicales mondiales, IndustriAll et l’internationale du Bâtiment et du Bois (IBB) organisent des rassemblements et des actions sur les sites LafargeHolcim du monde entier. Cette journée est l’occasion de rappeler les résultats santé/sécurité désastreux d’une entreprise qui se veut leader mondial du secteur, mais également d’appeler à plus de dialogue social, notamment après l’abandon de la signature de l’accord cadre mondial en janvier dernier.

Cet accord permet de revaloriser les salaires conventionnels des cadres de la manière suivante :
Le niveau 8 progresse de 1,51%, de 1,31% et de 1,23% en fonction des échelons
Le niveau 9 progresse de 1,20% pour les 2 échelons
Le niveau 10 progresse de 1,20% et de 1,17%

La CFDT Construction et Bois signe les conventions collectives pour les ouvriers du bâtiment pour les entreprises de moins de 10 et de plus de 10 salariés. Ces conventions seront applicables dès le 1er juillet 2018.

Après plusieurs années difficiles dans le secteur du bâtiment, la situation économique 2017 s’est nettement améliorée avec des perspectives positives pour 2018. La CFDT forte de ce constat a fait des demandes ambitieuses auprès des employeurs du bâtiment pour relancer l’attractivité de notre secteur. Voulant donner un signe fort aux jeunes Cadres et Ingénieurs qui sortent de l’école, les partenaires sociaux pendant cette négociation ont été dans le sens de la CFDT, en augmentant nettement les coefficients d’entrée dans l’entreprise avec +2% (coef 60 à 70).

Au terme de la Négociation Annuelle Obligatoire de branche qui s’est déroulée le 14 décembre dernier, la CFDT a signé une majoration supplémentaire de l’ensemble des minima de 0,25% au 1er janvier 2018 des entreprises sociales de l'habitat.

Depuis le 1er janvier, les entreprises de plus de 1 000 salariés doivent faire une place à un ou deux représentants des salariés dans leur conseil d’administration. C’est la Loi sur la sécurisation de l’emploi (2013) qui a créé cette mesure et instauré un seuil de 5 000 salariés. Depuis le 1er janvier, ce seuil a été abaissé à 1 000 salariés par la Loi pour le dialogue social et l’emploi (2015). Le Conseil d’administration doit donc désormais comporter 1 administrateur salarié si le CA a jusqu’à 12 membres, 2 s’il a plus de 12 membres.

Au sein de la CFDT, les administrateurs salariés sont impliqués dans le réseau confédéral. C’est à ce titre que Miloud Hakimi a participé à la réalisation de cette vidéo qui témoigne du rôle des administrateurs salariés.
https://video.cfdt.fr/portail/web-tv/navigation-principale/actualites/construire-l-entreprise-de-demain-srv2_578870

 

La FNCB-CFDT a mis à jour son guide « Agir dans un Comité d'entreprise européen (CEE) » (téléchargeable ici ). Ce guide est destiné aux membres de CEE et/ou aux personnes désireuses d’en créer un. Il rappelle les droits et devoirs propres aux CEE et à ses membres et donne des informations sur l’exercice du mandat. Enfin, quelques notes plus techniques ont été rédigées afin de répondre à des points précis, tels que le rôle du CEE en cas de fusion acquisition, les moyens de communication ou les recours juridiques.

Les représentant.e.s CFDT se sont battus auprès des salarié.e.s d’ALLIA pendant une année pour maintenir leurs emplois et/ou obtenir des conditions de départ intéressantes. Un plan social a été négocié avec le reclassement de 40 salariés sur le site de Digoin et 23 sur le site de Selles sur Cher.

La FNCB-CFDT se félicite du renforcement des règles en matière de détachement et elle approuve que les ministres aient pu trouver un compromis sur fond de tension entre les pays d’Europe de l’Ouest et d’Europe de l’Est sur les règles à appliquer.

Mais elle doit malheureusement constater que malgré l’évolution des règles dans le sens d’une plus grande contrainte, les fraudes au détachement perdureront. La FNCB considère que c’est dans le contrôle du détachement et dans une meilleure prise en compte des questions de sous traitance que les fraudes pourront être combattues efficacement, évitant ainsi le dumping social dont sont victimes à la fois les salariés détachés mais aussi les salariés nationaux.

La FNCB CFDT considère que c’est aussi dans la sensibilisation des équipes CFDT sur ces questions que les situations de détachement seront mieux connues et mieux encadrées. A cet effet, elle invite les syndicats à s’emparer de ces questions et à en faire une thématique de leurs réunions. La FNCB est à leur disposition pour les accompagner grâce à l’outil sur les travailleurs migrants.