Navigation



Les partenaires sociaux du BTP ont mis en place depuis 2000 un dispositif d’accompagnement pour les salariés des branches du BTP, contraints à une cessation anticipée de leur activité liée à l’amiante. Ce dispositif, reconduit par période de 2 ans et qui arrivait à échéance en juin 2018 a été prolongé pour une nouvelle durée de 2 ans.

L’Appel européen "Entreprises et employés - Pionniers d’une nouvelle voie européenne " appelle à des réformes indispensables concernant les employés et les entreprises. Il aborde les questions de la démocratie au travail, du respect des droits des employés (notamment par une agence européenne dédiée à cet effet), de la lutte contre les pratiques destructives des sociétés fictives, de la nécessité d'un système fiscal plus juste et efficace et de la nécessité mettre en œuvre des mesures contraignantes concernant la responsabilité sociale et environnementale des entreprises.

Le SCB Finistère faisait le 11 septembre son bureau de rentrée.

10 participants étaient présents.

Christian POULLAOUEC, le secrétaire, avait centré les travaux du bureau autour des principaux enjeux liés à l’avenir du syndicat : développement, formation, structuration

Sur le développement, l’état des lieux à fin août fait apparaître une perte nette de 46 adhérents. La plupart des arrêts d’adhésion sont dus aux cotisations impayées (47%) et aux départs en retraites (18%). Les isolés forment le plus gros bataillon des départs. Le syndicat note que 44% des ses adhérents ont plus de 50 ans, ce qui fait de la question du développement la principale préoccupation. Le syndicat s’inscrit dans la démarche d’accompagnement des négociations de PAP proposée par la confédération.

Les indemnités  de petits déplacements sont des indemnités forfaitaires versées au salarié.e (CDI, CDD, apprenti.e, intérimaire) qui travaille sur un chantier pour compenser les frais liés aux déplacements fréquents pour s’y rendre.

 

Du 25 au 27 juin dernier, trois militants FNCB ont participé à la grande « conférence jeune » organisée par le plus grand syndicat belge de la construction (CSC BIE) sur le thème « Construire une Europe sociale ». L’occasion pour nos militants d’échanger avec leurs homologues des autres syndicats européens et de comprendre le fonctionnement des autres organisations.

Au total, ce sont plus de 50 délégués belges, ukrainiens, allemands, italiens, finlandais, britanniques, néerlandais et français qui se sont rassemblés à Houffalize (Sud Est de la Belgique) pendant près de deux jours.

Par-delà les marches des fiertés qui ont lieu partout sur le territoire, la CFDT multiplie les actions dans et hors l’entreprise en faveur des personnes LGBT. Avec toujours le même message : liberté égalité, fraternité.

 

Depuis combien de temps la CFDT est-elle engagée dans la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre ? De mémoire de militant, on ne saurait trop dire. « Longtemps, en tout cas ! » Il y a aussi longtemps qu’elle s’implique au quotidien dans les entreprises, les administrations et avec les associations pour promouvoir la diversité et rendre effective l’égalité des droits. Cet engagement, la CFDT le veut multiple. Elle n’a cessé de le décliner dans ses prises de position, en faveur du Pacs il y a près de vingt ans, lire la suite sur cfdt.fr

Après 2 séances de négociation en avril et juin 2018, la CFDT a décidé lors de ses instances nationales de juillet, de signer les 2 accords de salaires des OETAM et des CADRES dans l’ETGC.

Cette augmentation de 1,5% pour l’ensemble des 2 grilles est bien loin des salaires réels pratiqués dans les entreprises mais pas pour tous. La CFDT dans sa réflexion a tenu compte de la réalité des TPE et PME car elles ne sont pas à l’identique des groupes dans le secteur comme ENGIE, DALKIA et d’autres.

Une fois de plus les employeurs ont refusés de négocier sur les 9 primes et indemnité. Ne pouvant cautionner ce nom respect de la convention collective, la CFDT a donc décidé une fois de plus de ne pas signer ces 2 accords lors de ses instances nationales de juillet. 

2 accords étaient soumis à signature cette année car la FEDENE a demandé aux organisations syndicales de salariés de modifier la convention collective en donnant la possibilité aux entreprises de mettre en place le ticket restaurant en lieu et place du panier.

©FFB

Réalisé entre novembre 2017 et janvier 2018 par le cabinet Geste pour la Fédération Française de la Brosserie (FFB) et Opcalia, le « Portrait statistique des entreprises du secteur de la Brosserie » dresse le bilan des 43 entreprises et 66 établissements employant 1700 salariés dans les 5 grands domaines d’activités suivants : La brosserie de toilette, la brosserie de ménage, la brosserie à peindre, la pinceauterie fine et la brosserie industrielle.

La CFDT Construction et Bois a préparé une déclaration qui sera lue dans toutes les réunions des Instances représentatives du personnel LafargeHolcim organisées entre le 23 avril et le 8 mai, date de l’Assemblée générale des actionnaires.

Le 28 avril est la journée mondiale de la santé sécurité au travail. A cette occasion, les fédérations syndicales mondiales, IndustriAll et l’internationale du Bâtiment et du Bois (IBB) organisent des rassemblements et des actions sur les sites LafargeHolcim du monde entier. Cette journée est l’occasion de rappeler les résultats santé/sécurité désastreux d’une entreprise qui se veut leader mondial du secteur, mais également d’appeler à plus de dialogue social, notamment après l’abandon de la signature de l’accord cadre mondial en janvier dernier.